Chœur

babin-louis-banniere


louis-babin-face

Le cirque court-circuité

(2010)
Chœur et harmonie
Durée : 7’07”
Œuvre de commande, fait partie de la suite Visages, compositeur en résidence à l’École FACE de Montréal

Un cirque qui présente ses clowns, ses funambules, ses éléphants et… ses humains! Car les éléphants ont décidé de prendre les commandes du spectacle. On n’a pas souvent l’occasion de composer pour chœur et harmonie de concert. Le côté festif et ludique ne pouvait pas trouver de meilleurs interprètes pour donner vie au monde merveilleux du cirque. Après la fanfare d’ouverture, M. Loyal présente les numéros qui mettent en scène les drôleries des clowns qui provoquent les rires. Le cœur des spectateurs est mis à rude épreuve lorsque les funambules exécutent leurs acrobaties pleines d’émotions et de grâces. Puis, les éléphants, dans un contraste saisissant, font leur entrée. Le public en délire ne se doute pas qu’ils seront bientôt témoins d’une petite révolution animalière. Les éléphants seront dorénavant les maîtres des lieux. Comme aucun texte n’était encore disponible pour le projet de composition et que je me devais de me mettre à l’ouvrage rapidement, j’ai ressorti ce petit bijou de texte qui s’adresse aux tout petits. Il ne faut pas oublier qu’ils forment tout de même une bonne partie des élèves de FACE. Cette pièce-là est pour eux. Le cirque court-circuité fait suite à un autre texte de Pierre-Jean Cano pour lequel j’ai fait la musique : Coquerelles à l’hôpital pour chœur a capella. Ce sont des textes inspirés du travail fait avec les enfants du niveau primaire il y a plus de 25 ans pour l’émission de la radio communautaire CIBL Imagine-toi donc.


louis-babin-face

Stairs

(2010)
Chœur et piano
Durée : 5’26”
Œuvre de commande, fait partie de la suite Visages, compositeur en résidence à l’École FACE de Montréal

Un magnifique texte de Kaia Dumoulin qui met en scène l’élément visuel le plus significatif et le plus distinctif lorsque l’on visite FACE pour la première fois : ses escaliers. Kaia ne se contente pas d’en parler au premier degré. Elle s’en inspire pour exprimer le sentiment qu’elle doit réussir à se détacher d’un lieu qu’elle fréquente et qu’elle aime, mais qui lui pèse au fur et à mesure que le temps passe, son école. Elle est déterminée coûte que coûte à gagner sa liberté et à assumer pleinement sa propre vie. Elle est prête à prendre son envol et elle sait que le temps viendra bientôt. J’ai voulu transposer sa pensée avec une musique aérienne, légère. L’accompagnement au piano met en place cette atmosphère planante. Alors qu’elle tente de monter les escaliers, la musique calque son mouvement. Chaque tentative ratée est accompagnée d’une musique qui dépeint un ressort usé ayant perdu de son tonus. Et malgré ses déceptions, elle n’abandonne pas l’idée de s’affranchir. De là vient l’idée de recréer, à la fin de la chanson, une volée d’oiseaux qui s’éloigne au loin. Pas n’importe quel oiseau, des pigeons. Car ce sont ces oiseaux que l’on croise le plus dans le milieu urbain. La terre d’accueil de FACE. On ne sera pas témoin de sa délivrance, mais on est convaincu qu’elle saura atteindre son but à la fin.


louis-babin-face

Après tant d’années

(2010)
Chœur et piano
Durée : 3’57”
Œuvre de commande, fait partie de la suite Visages, compositeur en résidence à l’École FACE de Montréal

Lorsque j’ai rencontré une douzaine d’élèves pour leur demander ce qu’ils attendaient de moi en tant que compositeur, ils m’ont dit qu’ils voulaient une sorte d’hymne officiel de l’école. Comme on dit en anglais « talk about pressure ». À l’époque j’avais déjà reçu et choisi les textes avec lesquels j’allais faire les chants pour la chorale accompagnée du piano. Le choix d’Après tant d’années confirmait leurs attentes. Le texte est une œuvre collective de la classe 11F1. Elle possède tous les attributs d’une chanson de « gang » : solidarité, esprit de groupe – de famille, même –, démontrant un amour sans retenu des années passées à FACE ainsi que de la reconnaissance pour tous ceux qui les ont appuyés. Mon point de départ a été le style gospel. Je voyais un parallèle intéressant entre l’origine du gospel et la demande d’un hymne pour l’école. Dans les deux cas, la musique unit une communauté et en fait son chant de ralliement. C’est une chanson qui vient des tripes et qui prend sa source des élèves eux-mêmes.


Gloire à Dieu

(1992)
Chœur féminin, orgue et quintette de cuivres
Durée : 2’00”
Créée par le Chœur du Gesù sous la direction de Patricia Abbott


Coquerelles à l’hôpital

(1983)
Chœur a cappella à titre d’auteur
Durée : 3’30”


C’est la Noël

(1983)
Chœur a cappella
Durée : 4’11”
Créée par Tudor’ s Singers sous la direction de Wayne Riddell

On m’avait proposé de faire un arrangement d’un vieil air de Noël français qui datait
du XIième ou du XIIième siècle pour un quatuor vocal. De fil en aiguille, le projet a aboutit
à une pièce pour chœur qui dépasse le simple arrangement pour se terminer sous la forme
d’une composition inspirée de la mélodie principale. La coloration harmonique est proche
de l’école française du début du XXième siècle. Andrée de Repentigy qui m’avait soumis
la chanson, était aussi membre du célèbre ensemble vocal Tudor’s Singers de Montréal
qui était dirigé par Wayne Riddell. Wayne m’a fait l’honneur d’en faire la création lors d’un
concert des Tudor’s Singers à la ville de Québec.

C’est la Noël, en répétition avec Tudor’s Singers sous la direction de Wayne Riddell